Oct 17 – Great Falls – Billy Goat Trail

C’est une très belle journée d’automne: du soleil, des températures encore semi-estivales, et beaucoup de vent. Les journées comme ça, ça me donne envie d’être sur la côte et d’aller voir la mer, les vagues et l’écume. Je trouve donc un environnement de substitution dans les environs: les Great Falls.

Souvent nous allons du côté de la Virginie (automne 2020, été 2021-1, été 2021-2). Aujourd’hui, je décide de suivre un nouveau chemin du coté Maryland, le Billy Goat Trail. Le nom est prometteur, et en effet, le chemin surplombe le Potomac et suit les Mather Gorge, avec quelques passages un peu délicats, puis le retour se fait le long du C&O canal. J’y emmène aussi Cyrus quelques semaines plus tard.

Billy Goat Trail

Les Great Falls sont situées à la limite entre le plateau du Piedmont et la plaine costale atlantique. Au niveau des Great Falls, le niveau du fleuve perd 24 mètres (76 pieds) sur près d’un kilomètre.

La carte géologique des Great Falls montre que la région est principalement constituée de roches métamorphiques. Ces roches se sont formées il y a 550 millions d’années à partir de grès et d’argiles déposés dans l’Océan Iapetus. Lors de la fermeture de cet océan et de la subduction de la plaque océanique dans le manteau, la majorité des roches sédimentaires restent à la surface et s’accrètent pour former un prisme sédimentaire au niveau de la zone de subduction. Lorsque la plaque océanique est totalement entrée en subduction et que les deux continents entrent en collision, le prisme sédimentaire se retrouve coincé entre les deux masses continentales. Les roches du prisme sédimentaire peuvent alors se retrouver à plusieurs kilomètres de profondeur où elles sont soumises à de hautes pressions et températures, et métamorphisées. C’est ce qu’ont subit les roches des Great Falls lors de l’orogenèse Taconienne, qui est l’une des collisions continentales à l’origine de la Pangée.

Lors d’une collision continentale, il arrive que les pressions et températures soient si élevées que les roches fondent et forment des intrusions magmatiques. Les granodiorites des Great Falls se sont formées plus tard dans le processus d’accrétion continentale, il y a 470 millions d’années. Une masse continentale telle que la Pangée ne permet pas à la chaleur provenant de l’intérieur de la terre d’être évacuée à la surface et va inévitablement se refracturer en continents distincts. C’est ce qui se passe il y a 300 millions d’années, avec l’ouverture de l’Atlantique.

Ces roches métamorphiques de l’ère primaire ont depuis été soumises au processus d’érosion et se retrouvent aujourd’hui à la surface. Bien que les glaciers ne descendaient pas jusqu’aux Great Falls pendant le dernier âge glaciaire, le niveau de la mer plus bas qu’aujourd’hui et l’abondance de neige et de glace, provoquant des débits d’eau plus importants à la fonte, ont facilité l’érosion des roches dans la région. Les Great Falls et les Mather Gorges se sont formées à cette époque, le long d’une faille qui a facilité l’érosion des roches métamorphiques, généralement résistantes à l’érosion, et qui explique le cours étroit et rectiligne du fleuve en aval des chutes d’eau.

Gneiss – grès et argiles métamorphisés
Gneiss – ici on observe du boudinage: la roche plus sombre a été étirée et fracturée en boudins.

Chesapeake and Ohio Canal (C&O canal)

Exemple de péniche qui transportait des marchandises et des passagers sur le C&O canal
Grand héron dans un marais du C&O canal

Great Falls

Petites cascades avant les Great Falls, sur les îles qui séparent les cours d’eau, on peut voir des indices de l’activité des castors.

Le ciel se fait de plus en plus menaçant, il est temps de rentrer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.