May 1 – La guerre de Sécession

Abraham Lincoln (1809-1865) et la guerre de Sécession (1861-1865)

Abraham Lincoln est né dans la pauvreté, il parvient à devenir avocat et commence sa carrière politique en Illinois. Il est un fervent défendeur de l’abolition de l’esclavage et est élu président des États-Unis en 1860. Il est président pendant l’intégralité de la guerre de Sécession (1861-1865) ou comme les américains l’appellent: la guerre civile.

La cause principale de la guerre de Sécession est un désaccord sur l’abolition de l’esclavage. Les états de l’Union (les Nordistes) menés par Abraham Lincoln défendent l’abolition de l’esclavage, alors que les états de la Confédération (les Sudistes) menés pas Jefferson Davis défendent l’esclavagisme. La victoire de Lincoln pour la présidence des États-Unis provoque une première sécession de sept états du Sud en 1960, sur un total de 36 états composant les États-Unis à l’époque (carte). La mobilisation d’une armée de volontaires dans chaque état de l’Union pour contrer la rébellion des états du Sud provoque le ralliement de quatre états supplémentaires à la Confédération.

Les batailles les plus décisives ont lieu en 1963 et 1964 et opposent les troupes de Robert E. Lee combattant pour la Confédération et celles de Ulysses Grant défendant l’Union. Les troupes de l’Union gagnent progressivement du terrain dans le Mississippi, la Virginie, la Géorgie, et Lee est forcé de se rendre face au général Grant lors de la bataille d’Appomattox en Virginie le 9 avril 1865. La guerre de Sécession a provoqué la mort de 360,000 nordistes et 260,000 sudistes, et un nombre indéterminé de victimes civiles, ce qui en fait la guerre la plus meurtrière qu’aient connue les États-Unis à ce jour. La victoire de l’Union met fin à l’esclavage aux États-Unis, mais ne garantit cependant pas l’égalité entre les anciens esclaves et leurs descendants, et le reste de la population.

Le Lincoln Memorial est bien visible sur le National Mall, étant dans l’alignement du Capitole et du Washington Monument. Ce monument de style gréco-romain à la gloire des vainqueurs de la guerre de sécession abrite une énorme statue de Lincoln trônant dans un fauteuil. Une inscription est gravée au-dessus de la statue: « In this temple as in the hearts of the people for whom he saved the Union, the memory of Abraham Lincoln is enshrined forever. », signifiant: « Dans ce temple comme dans le cœur du peuple pour qui il sauva l’Union, la mémoire d’Abraham Lincoln est conservée pour toujours. »

Deux discours de Lincoln sont aussi inscrits sur les murs de part et d’autre de la statue: le discours de Gettysburg et le deuxième discours inaugural en 1963 (https://www.nps.gov/linc/learn/historyculture/inscriptions.htm). Le discours de Gettysburg explique dans les grandes lignes la future politique de l’Union et Lincoln y déclare: « government of the people, by the people, for the people, shall not perish from the earth » (le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, ne disparaitra pas de la Terre). Pendant le discours inaugural de sa réélection, il explique comment il souhaite réunifier les États-Unis. Lincoln n’aura cependant pas le temps de mettre ses projets en pratique, il est assassiné quelques mois après le début de son deuxième mandat par un sympathisant de la Confédération.

Lincoln Memorial
Vue du National Mall depuis les marches du Lincoln Memorial
Lincoln Memorial
En haut des marches du Lincoln Monument, lieu d’où Martin Luther King Jr prononça son célèbre discours « I HAVE A DREAM » lors de la marche pour l’emploi et la liberté le 28 août 1963.

Histoire des États-Unis à travers les monuments du National Mall

Cet article fait partie d’une série d’articles sur les événements et protagonistes commémorés au National Mall.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.