March 23 – Death Valley (2) – Sud

Visitor Center

Contrairement à de nombreux parcs nationaux américains, il n’y a pas de gare de péage à l’entrée du parc, peut-être à cause de l’étendue du parc, d’une surface de 13,650 km2, et des multiples routes d’accès. Les visiteurs doivent aller payer leur entrée au Visitor Center, qui dans notre cas était gratuite car nous possédons déjà le passe annuel des parcs nationaux, qui s’applique dans tout le pays!

Après avoir récupéré le journal du parc, qui décrit les lieux à voir en priorité, nous décidons de notre programme. Notre camping est situé proche de Furnace Creek, un point relativement central d’où on peut rayonner vers les différents sites. On est fin mars, mais les températures s’élèvent déjà à plus 34oC dans l’après-midi. Nous réservons donc les premières heures de la journée pour les randonnées les plus longues afin d’éviter de marcher trop longtemps aux heures les plus chaudes de la journée. Les lieux à visiter sont variés: croûte de sel, badlands, canyons, cratères de volcans, lieux d’activité minière, dunes de sable, et autres surprises. Suivez la visite!

Badwater Basin

Nous sommes déjà sous le niveau de la mer et continuons à descendre dans la vallée vers Badwater Basin. La route commence par un avertissement notifiant que la prochaine station essence est à plus de 110 km. Notre destination est le bassin de Badwater, le point le plus bas de la Vallée de la Mort situé à 86 mètres sous le niveau de la mer, au pied de Dantes View où nous nous trouvions quelques heures plus tôt.

L’eau est rare et donc précieuse dans la Vallée de la Mort. Ce lieu a été nommé Badwater, parce que l’eau était trop salée pour être consommée. Mais, cette eau est source de vie pour certaines espèces d’herbe, d’insectes, et de larves aquatiques. On y trouve l’une des espèces les plus rares de la Vallée de la Mort: l’escargot de Badwater. Cette mare est remplie d’eau toute l’année et est l’expression de surface d’un aquifère souterrain. L’eau de l’aquifère remonte à cet endroit en suivant la faille à l’origine de la bordure Est de la vallée. En passant à travers les couches de sel, l’eau douce en dissout une partie et devient salée à son arrivée à la surface.

La plaine de sel de Badwater évolue constamment: les cristaux de sel (majoritairement NaCl) grandissent en formant une croûte très irrégulière, la poussière se dépose sur les cristaux ou en est chassée en fonction du vent, les pluies dissolvent les cristaux de sel dans des lacs temporaires, puis les sels recristallisent lorsque l’eau s’évapore.

À peu près à un quart (en partant du bas) de la falaise, un panneau (trop petit pour être visible sur cette photo) indique le niveau de la mer.

Natural Bridge et Dry Waterfall

Dans un milieu aussi aride, il est assez fascinant d’observer encore et encore des paysages façonné par l’eau: les canyons, des cascades sèches, des ravines. Cette fois-ci nous allons voire une arche. L’eau creuse la roche la moins résistante pour trouver un chemin et à cet endroit il était apparemment plus facile de creuser un trou dans la roche plutôt que de l’éroder progressivement de haut en bas. Le passage de l’eau a continué à creuser son canyon, élargissant le passage, mais a laissé une arche massive au-dessus du canyon. Plusieurs petits « toboggans » ont aussi était polis par l’eau, et la balade se termine face à une cascade sèche.

Entrée du canyon
Arche
Figures sédimentaires dans la roche, probablement des chenaux fossiles, dont les parties plus tendres s’érodent plus facilement.
Arche
Entrée/sortie du canyon
Fond de la Vallée de la Mort

Devil’s Gulf Course

La fin de la journée approche, le soleil devient rasant et les touristes fatigués ont presque tous déserté les lieux. Nous retournons sur la croûte de sel dont la forme des cristaux est soulignée par les ombres qui s’allongent.

Nous marchons avec précaution sur le sol inégal, seuls au milieu de ce paysage si particulier. Ce lieu est appelé le Golf du Diable parce que les cristaux de sel forment parfois des sphères blanches de la taille de balles de golf. Nous avons cherché ces sphères, mais n’en avons pas trouvé.

Nous nous asseyons un moment pour écouter le concert de craquements métalliques. Les sons proviennent de la dilatation ou de la contraction des cristaux de sels lors des changements de température.

La palette des artistes

Notre dernière visite de la journée est la route de la palette des artistes. Les roches de ce lieu sont formées par l’accumulation de cendres volcaniques. De violentes éruptions volcaniques ont eu lieu il y a 27 à 7 millions d’années dans le Nord-Est du Nevada. Elles ont généré d’énormes quantités de cendres volcaniques, qui se sont disséminées dans toute la région. Le jeu des failles à l’origine de la Vallée de la Mort ont exposé ces roches à la surface. L’oxydation et l’altération de ces roches volcaniques ont formé ces canyons multicolores.

Camping

C’est l’heure de rentrer au camping, nous sommes curieux de découvrir d’autres histoires extraordinaires de John. En arrivant, nous faisons également connaissance avec nos autres voisins de camping Heidi et Lee, un couple de Californie vivant à côté du parc national des Sequoias. La nuit est déjà tombée et il n’est plus nécessaire de chercher l’ombre d’un arbuste, la température aux alentours de 25oC est idéale et il n’y a pas de moustiques! Chacun amène sa nourriture est ses boissons et nous dinons tous ensemble sous les étoiles!

Cet article fait partie d’une série d’articles consacrés à mon voyage dans l’Ouest des États-Unis en mars-avril 2022. Vous pouvez accéder à la liste des articles de cette série, à l’article précédent (March 23 – Death Valley (1) – Est), et à l’article suivant (March 24 – Death Valley (3) – Furnace Creek).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.