May – Après les fleurs, les petits canards!

Lorsque nous ne voulons pas prendre la voiture et que nous nous promenons dans les environs de Germantown, nous avons tendance à suivre les mêmes chemins. Le Lake Churchill reste notre destination principale, mais le paysage, autant visuel que sonore, a beaucoup changé au cours des dernières semaines avec l’arrivée du printemps. La nature se réveille du sommeil de l’hiver et est beaucoup plus active, colorée et bourdonnante.

Je n’ai ni le matériel ni les compétences pour faire de belles photos d’oiseaux et autres animaux. Heureusement, mon amie Lætitia est une spécialiste! Les liens de cet article redirigent donc vers son blog pour que vous puissiez admirer ces espèces de plus près, souvent plus colorées que leurs équivalents européens.

Lors de n’importe quelle balade, ou même dans le centre de Germantown, il est difficile de rater les Lapins à queue blanche (Cottontail Rabbit) sautant dans les fourrés et les Écureuils Gris (Eastern Gray Squirrel) faisant des acrobaties dans les arbres. Il est plus rare de voir des Écureuils Noirs, mais c’est tout de même plus fréquent que d’apercevoir un simple écureuil en France.

Les Oies Bernaches du Canada (Canada Goose) et les canards sont aussi des constantes sur les plans d’eau. Plusieurs espèces de canards sillonnent le lac, pour l’instant je n’ai identifié que des Canards Colverts (Mallard Duck) et des Canards Branchus (Wood Duck), mais un coup d’œil dans les jumelles pourrait sûrement en dévoiler d’autres. La population de canards et surtout la population d’oies a beaucoup augmenté ces derniers temps. Comme l’année dernière à Elm Park (Worcester, Massachusetts), nous suivons la croissance des oisons et des canetons de jour en jour, ainsi que leur changement de plumage. Le Lake Churchill étant plus grand que le plan d’eau d’Elm Park, les familles d’oies établies sont plus nombreuses et la nurserie est parfois installée en plein milieu du chemin et défendue par des adultes agressifs. Un recensement approximatif récent indiquait malheureusement quelques pertes, qui ont peut-être fait la joie du renard qu’on a vu traverser le chemin un soir.

Lors de nos promenades, il est courant de voir des Merles d’Amérique (American Robin) sautiller sur les pelouses, des Cardinaux Rouges (Northern Cardinal) offrant un fort contraste sur fond de feuillages, et des Carouges à épaulettes (Red-winged Blackbird) perchés sur les roseaux ou sur la bouche de régulation de sortie d’eau au niveau du barrage qui sépare le Lake Churchill du Little Seneca Creek. Un Grand Héron (Great Blue Heron) affectionne particulièrement la hutte du castor pour se percher et est parfois relayé par un Bihoreau gris (Black-crowned Night Heron).

Plus rarement, il nous arrive de voir un Rougequeue noir (Black Redstart) et bien sûr de nombreux petits passereaux que mes connaissances ornithologiques basiques ne me permettent pas d’identifier. Proche du barrage, il nous est aussi arrivé de voir une espèce de Quiscale (Grackle). Pour donner une idée, Lætitia a une photo de Quiscale bronzé (Common Grackle), mais je pense que nous avons vu une autre espèce, d’un bleu plus foncé et avec un bec un peu plus long et incurvé.

Un peu en retrait des berges du lac, dans les sous-bois, il est fréquent d’entendre les pics taper sur les troncs d’arbres mais plus rare de les apercevoir. Je crois que celui que l’ont voit occasionnellement est un Grand Pic (Pileated Woodpecker). Au ras du sol, on peut parfois apercevoir furtivement les rayures des Tamias (Eastern Chipmunk), qui sont beaucoup plus craintifs et rapides que les écureuils. Depuis que la végétation s’est épaissie, les corvidés semblent s’approcher davantage tout en restant à l’abri des regards derrière les feuillages. Récemment nous avons vu à plusieurs reprises un Chevreuil (European roe deer) ou un Cerf de Virginie (White-tailed Deer). Une fois, nous avons vu un Raton Laveur grimper à un arbre pour aller visiter un trou du tronc duquel il a promptement été mis à la porte dans un concert de cris et grognements.

En fonction du moment de la journée, la probabilité de voir certaines espèces varie. En journée, lorsque le soleil chauffe bien, les tortues se hissent sur les branches ou les rochers émergeant de l’eau pour emmagasiner un maximum d’énergie. Le soir, à la tombée de la nuit, il est courant de voir la tête du Castor du Canada (Beaver) émerger légèrement de la surface du lac et se diriger vers une zone d’herbes, de feuilles et de branchages. Nous l’avions vu la première fois en janvier dernier et depuis, nous l’apercevons régulièrement. Même si on est sur le chemin, à quelques mètres en train de l’observer, il n’hésite pas à grimper sur la berge pour se restaurer.

Les soirs où peu de monde se promène autour du lac, nous sommes accueillis par le chant des grenouilles, que nous apercevons rarement, d’une part parce que le chemin n’est pas toujours directement sur la berge, mais aussi parce que les grenouilles (ou crapauds) se camouflent très bien dans la vase qui borde le lac. Depuis peu le chant des cigales se mêle à celui des grenouilles. Cette année, la population de cigales a littéralement explosé, ce qui arrive apparemment tous les 17 ans.

J’espère que ce petit tour d’horizon des habitants du Lake Churchill vous a plu. Je vous tiendrai informés de tout nouvel habitant ou comportement insolite!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.