Déc 1 – Voyage en France

J’ai enfin réussi à avoir un rendez-vous à l’ambassade pour obtenir un nouveau visa. Je peux donc rentrer en France après deux ans sans quitter les États-Unis. Je reste environ un mois, la majorité du temps en Bretagne avec quelques passages sur Paris. Ça m’a fait très plaisir de revoir la famille et les copains. Et pour ceux que je n’ai pas pu voir cette fois-ci, j’espère que je pourrai vous voir la prochaine fois! Petit tour en photos (il y a beaucoup de photos de la mer, je n’ai pas pu m’empêcher…).

Voyage Washington DC – Paris

Départ de l’aéroport de Washington DC avec vue sur le Washington Monument.
Trajet Washington DC – New York City, vue de la côte Est des États-Unis.
Atterrissage à l’aéroport de New York City, les gratte-ciels de Manhattan à l’horizon.
Arrivée en France à l’aéroport de Roissy.

Paris – visa et expositions

Les péniches parisiennes!
Place de la Concorde, après mon rendez-vous à l’ambassade des États-Unis pour mon nouveau visa.
Place de la Concorde, vue sur la Tour Eiffel et le Grand Palais. Avant de prendre mon train, j’ai pu voir deux expositions au musée de l’Orangerie: « Chaïm Soutine / Willem de Kooning, la peinture incarnée », qui explore l’impact de la peinture de Soutine sur celle de de Kooning et « David Hockney A year in Normandy », où l’artiste réalise une grande fresque dessinée sur iPad pendant le confinement de 2020 sur laquelle il représente le jardin de sa résidence au fil des saisons avec des jeux de lumière rappelant les tableaux impressionnistes.

Bretagne – Brignogan

Arrivée en Bretagne, avec le vent, les vagues, l’écume, l’air iodé, les blocs de granite arrondis par l’érosion, les averses et les éclaircies!
Côte Nord près de Brignogan.
Côte Nord près de Brignogan – « l’Œuf du Dragon ».
Côte Nord près de Brignogan – dans l’Œuf du Dragon, à l’abri du vent, avec vue sur la plage de Pors Pol et le phare de Pontusval. Cette œuvre a été réalisée par les Nouveaux Voisins, cabinet d’architecte à Strasbourg, et s’inspire d’une légende bretonne selon laquelle deux chevaliers auraient capturé un dragon mangeant les gens de la région et menaçant le fils du roi Élorn. Les chevaliers auraient achevé le dragon ici, à Pontusval, mot qui signifierait en ancien breton « le gouffre où la bête fût noyée ».
Sémaphore de Brignogan Plage.
Côte Nord près de Brignogan.

Paris et Champdivers – visites aux copains

Passage par le parvis de la bibliothèque François Mitterrand (BNF) lors de ma correspondance entre la Gare Montparnasse et la Gare de Lyon.
Bibliothèque François Mitterrand (BNF).
Bibliothèque François Mitterrand (BNF).
Passage par la passerelle Simone de Beauvoir en face de la bibliothèque François Mitterrand (BNF) lors de ma correspondance entre la Gare Montparnasse et la Gare de Lyon.
Passerelle Simone de Beauvoir.
Vue sur la Seine depuis la passerelle Simone de Beauvoir.
Vue sur la Seine, le Pont de Bercy et le Ministère de l’Économie et des Finances depuis la passerelle Simone de Beauvoir.
Sculptures exposées dans le Parc de Bercy.
Champdivers – église sur la place du village où habite Gaëlle.
Champdivers – gare SNCF sous la neige fraiche, retour à Paris.
Retrouvailles de promo au café restaurant des Arènes à Paris, de gauche à droite: Amaury, Fatma, moi et Simon après la soutenance de thèse d’Amaury. Félicitations docteur!
Déambulations dans le quartier de Saint-Germain-des-prés et chocolat chaud aux « Deux Magots » avant de rejoindre les copains au bar « Bonjour Madame ».
Passage Cour du Commerce-Saint-André
Quais de Seine – depuis deux ans, il y a eu des changement à Paris, notamment beaucoup plus de vélos!
Journée parisienne culturelle avec Myriam – on commence par l’exposition Anni et Josef Albers au musée d’Art Moderne de Paris. Anni (1899-1994) et Josef (1888-1976) Albers sont deux artistes qui ont commencé leur carrière au Bauhaus (Weimar, Allemagne) dans les années 1920 et émigrent aux États-Unis en 1933 où ils enseignent l’art et le design au Black Mountain College (Asheville, Caroline du Nord) et continuent de développer leur art, dont le travail sur la couleur de Josef Albers à travers « Homages to the Square » et le travail sur les tissus de Anni Albers. On passe aussi rapidement à l’exposition sur la céramique « Les Flammes » avant de déguster un burger à The Frog sur le Cour Saint-émilion et son plafond de parapluies illuminés, puis de visionner le dernier film de Pedro Almodovar « Parallel Mothers ».

Bretagne – Gouesnou

Gouesnou – de nouvelles voisines!
À Brest, on a un des meilleurs chocolatiers de France à « Histoire de Chocolat », alors quand on est à la maison, on en profite! Joyeux Anniversaire!

Bretagne – Quimper

La cathédrale vue depuis la rue Kéréon.
Le Lougre de l’Odet amarré sur les quais de l’Odet.
Quais de l’Odet avec vue sur la cathédrale.

Bretagne – les Kanndis

Kanndi du Fers (Saint-Thégonnec) – les kanndis (ou kandis) servaient à blanchir le lin. Cette industrie, qui a prospéré dans la région du Léon entre le XVe et XVIIIe siècle, produisait plus de 10,000 km de toile de lin blanc par an qui était en partie exportée vers l’Angleterre et l’Espagne par les ports de Morlaix et Landerneau. Les traces de centaines de kanndis ont été retrouvées dans la région, le Kanndi du Fers étant l’un des mieux préservés.
Kanndi du Fers (Saint-Thégonnec) – les fils de lin étaient enduits de cendre de hêtre avant d’être trempés dans de grandes auges (à gauche) remplies d’eau chaude (cheminée sur la droite). L’auge est en deux parties pour pouvoir être vidangée.
Kanndi du Fers (Saint-Thégonnec) – Ces ateliers de blanchisserie étaient toujours situés près d’une rivière ou une source dont une partie du cours était détourné pour passer dans la maison par un canal en pierre de schiste. Les fils de lin y étaient rincés après chaque étape de blanchissage. Les pierres plates placées en travers du canal servaient à égoutter les fils de lin. Le lin était ensuite étalé dans un champ pour finir de sécher et de blanchir au soleil. Le lin était semé vers la mi-avril et récolté trois mois plus tard. Le travail de blanchissage des fibres de lin prenait encore environ trois mois avant que le fil puisse être tissé à l’automne.
Notre balade se poursuit dans le bois de hêtres à proximité du kanndi.
Village abandonné à Le Coat Toulzac’h – quelques panneaux explicatifs renseignent sur la fonction des bâtiments.
Village abandonné à Le Coat Toulzac’h – la date de construction de la maison est gravée sur les pierres de l’angle de la maison (1861).
Église de Saint-Thégonnec au coucher du soleil avec un imposant ossuaire très ornementé sur la gauche. La construction de nombreux enclos paroissiaux comme celui-ci a été financé par les profits de l’industrie du lin.

Bretagne – rade de Brest

Pont de l’Iroise (entre Brest et la presqu’île de Plougastel) vu depuis le Pont Albert Louppe, communément appelés « Le Pont de Plougastel » et « Le vieux Pont de Plougastel » – vue vers la rivière de l’Élorn.
Brest et la rade de Brest vues depuis le Pont Albert Louppe.

Bretagne – Pointe de Corsen

Vue sur l’Atlantique depuis la Pointe de Corsen – le lieu le plus à l’Ouest de la France continentale.
Vue depuis la pointe du Corsen, on aperçoit l’archipel de Molène à l’horizon
Pointe de Corsen et station SNSM du Cross Corsen (arrière plan à droite)
Plage de Corsen
Plage du Corsen – un baigneur!
Plage du Corsen – les baigneurs sortent de l’eau.
Pointe de Corsen – le lieu le plus à l’Ouest de la France continentale – New York, Paris, des noms familiers!
Joyeux Noël!
Gouesnou – maison très décorée à l’occasion des fêtes de fin d’année.
Gouesnou – maison très décorée à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Brest – le canot de l’empereur

Les ateliers du plateau des Capucins ont été réaménagés récemment pour créer un espace collectif de culture et de loisir avec une médiathèque, où nous sommes allés voir une exposition sur le photographe Gilles Caron qui photographie aussi bien le monde du spectacle que la guerre, une salle d’escalade, où Thomas et moi avons monté quelques voies, et un grand espace où se croisent skates, rolleurs et patinettes. Une partie de cet espace est maintenant utilisée pour présenter le Canot de l’Empereur avec un système de miroir qui permet aussi d’en voir l’intérieur.
Le canot (18.8m de long pour 3.8m de large et 5m de hauteur) a été construit pour la visite de Napoléon Ier à Anvers en 1810. Il a été amené à Brest à la chute du premier empire (1804-1814), et a servi à la visite de Napoléon III à Brest en 1858. Lors de sa visite à Brest, Napoléon III décide de développer davantage la marine à Brest et notamment l’agrandissement du plateau des Capucins où se trouvait l’arsenal de Brest, lieu de construction et de réparation des bateaux. En 1943 il a été décider de transporter par train le Canot au Musée de la Marine de Paris pour éviter qu’il ne soit détruit par les bombardements. Après 75 ans, ce symbole de la marine française est ramené à Brest et est restauré avant d’être exposé au public aux ateliers du plateau des Capucins, symbole de la construction navale brestoise.
Biodiversité des rames du Canot.
« LN », les armoiries de Louis Napoléon Bonaparte
Brest – vue vers la rade, depuis le téléphérique qui mène du plateau des Capucins au centre ville de Brest – port militaire au premier plan, puis pont levant de Recouvrance, le château de Brest sur la gauche et le quartier de Recouvrance sur la droite.
Brest – vue sur les cales de radoub du port militaire, depuis le téléphérique.

Bretagne – le phare du Petit Minou

Journée bien ventée et marée montante, c’est l’idéal pour admirer les vagues!
Le phare du Petit Minou a été allumé en 1848 et automatisé en 1989, il guide les bateaux vers l’entrée du port de Brest. À côté du phare se trouve les ruines d’un ancien sémaphore de la marine nationale.
Vue sur les vagues qui déferlent vers la plage du Minou. De cette plage partait l’un des premiers câbles télégraphiques reliant l’Europe aux États-Unis, mis en service en 1869.

Bretagne – Côte Nord près de l’Aber Wrac’h

Penn Énez – vue sur l’île Cézon et son fort.
Penn Énez
Plage de Sainte-Marguerite – kitesurfs.
Plage de Sainte-Marguerite – planches à voile et kitesurfs.
Vol de mouettes rieuses.
Des oies bernaches! Dans le Nord-Est des États-Unis il y en a partout, mais en Bretagne c’est plus rare.

Paris – le jardin des plantes

Exposition (illuminée la nuit) de faune et flore fossile au Jardin des Plantes, dernier passage à Paris pour voir quelques copains et prendre l’avion pour retourner aux États-Unis.
Drimétrodons derrière les fougères

Retour aux États-Unis

Les porte-containers attendent de pouvoir entrer au port de New York City. Mon dernier vol avant d’arriver à destination.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.