May – Après les fleurs, les petits canards!

Lorsque nous ne voulons pas prendre la voiture et que nous nous promenons dans les environs de Germantown, nous avons tendance à suivre les mêmes chemins. Le Lake Churchill reste notre destination principale, mais le paysage, autant visuel que sonore, a beaucoup changé au cours des dernières semaines avec l’arrivée du printemps. La nature se réveille du sommeil de l’hiver et est beaucoup plus active, colorée et bourdonnante.

Je n’ai ni le matériel ni les compétences pour faire de belles photos d’oiseaux et autres animaux. Heureusement, mon amie Lætitia est une spécialiste! Les liens de cet article redirigent donc vers son blog pour que vous puissiez admirer ces espèces de plus près, souvent plus colorées que leurs équivalents européens.

Lors de n’importe quelle balade, ou même dans le centre de Germantown, il est difficile de rater les Lapins à queue blanche (Cottontail Rabbit) sautant dans les fourrés et les Écureuils Gris (Eastern Gray Squirrel) faisant des acrobaties dans les arbres. Il est plus rare de voir des Écureuils Noirs, mais c’est tout de même plus fréquent que d’apercevoir un simple écureuil en France.

Les Oies Bernaches du Canada (Canada Goose) et les canards sont aussi des constantes sur les plans d’eau. Plusieurs espèces de canards sillonnent le lac, pour l’instant je n’ai identifié que des Canards Colverts (Mallard Duck) et des Canards Branchus (Wood Duck), mais un coup d’œil dans les jumelles pourrait sûrement en dévoiler d’autres. La population de canards et surtout la population d’oies a beaucoup augmenté ces derniers temps. Comme l’année dernière à Elm Park (Worcester, Massachusetts), nous suivons la croissance des oisons et des canetons de jour en jour, ainsi que leur changement de plumage. Le Lake Churchill étant plus grand que le plan d’eau d’Elm Park, les familles d’oies établies sont plus nombreuses et la nurserie est parfois installée en plein milieu du chemin et défendue par des adultes agressifs. Un recensement approximatif récent indiquait malheureusement quelques pertes, qui ont peut-être fait la joie du renard qu’on a vu traverser le chemin un soir.

Lors de nos promenades, il est courant de voir des Merles d’Amérique (American Robin) sautiller sur les pelouses, des Cardinaux Rouges (Northern Cardinal) offrant un fort contraste sur fond de feuillages, et des Carouges à épaulettes (Red-winged Blackbird) perchés sur les roseaux ou sur la bouche de régulation de sortie d’eau au niveau du barrage qui sépare le Lake Churchill du Little Seneca Creek. Un Grand Héron (Great Blue Heron) affectionne particulièrement la hutte du castor pour se percher et est parfois relayé par un Bihoreau gris (Black-crowned Night Heron).

Plus rarement, il nous arrive de voir un Rougequeue noir (Black Redstart) et bien sûr de nombreux petits passereaux que mes connaissances ornithologiques basiques ne me permettent pas d’identifier. Proche du barrage, il nous est aussi arrivé de voir une espèce de Quiscale (Grackle). Pour donner une idée, Lætitia a une photo de Quiscale bronzé (Common Grackle), mais je pense que nous avons vu une autre espèce, d’un bleu plus foncé et avec un bec un peu plus long et incurvé.

Un peu en retrait des berges du lac, dans les sous-bois, il est fréquent d’entendre les pics taper sur les troncs d’arbres mais plus rare de les apercevoir. Je crois que celui que l’ont voit occasionnellement est un Grand Pic (Pileated Woodpecker). Au ras du sol, on peut parfois apercevoir furtivement les rayures des Tamias (Eastern Chipmunk), qui sont beaucoup plus craintifs et rapides que les écureuils. Depuis que la végétation s’est épaissie, les corvidés semblent s’approcher davantage tout en restant à l’abri des regards derrière les feuillages. Récemment nous avons vu à plusieurs reprises un Chevreuil (European roe deer) ou un Cerf de Virginie (White-tailed Deer). Une fois, nous avons vu un Raton Laveur grimper à un arbre pour aller visiter un trou du tronc duquel il a promptement été mis à la porte dans un concert de cris et grognements.

En fonction du moment de la journée, la probabilité de voir certaines espèces varie. En journée, lorsque le soleil chauffe bien, les tortues se hissent sur les branches ou les rochers émergeant de l’eau pour emmagasiner un maximum d’énergie. Le soir, à la tombée de la nuit, il est courant de voir la tête du Castor du Canada (Beaver) émerger légèrement de la surface du lac et se diriger vers une zone d’herbes, de feuilles et de branchages. Nous l’avions vu la première fois en janvier dernier et depuis, nous l’apercevons régulièrement. Même si on est sur le chemin, à quelques mètres en train de l’observer, il n’hésite pas à grimper sur la berge pour se restaurer.

Les soirs où peu de monde se promène autour du lac, nous sommes accueillis par le chant des grenouilles, que nous apercevons rarement, d’une part parce que le chemin n’est pas toujours directement sur la berge, mais aussi parce que les grenouilles (ou crapauds) se camouflent très bien dans la vase qui borde le lac. Depuis peu le chant des cigales se mêle à celui des grenouilles. Cette année, la population de cigales a littéralement explosé, ce qui arrive apparemment tous les 17 ans.

J’espère que ce petit tour d’horizon des habitants du Lake Churchill vous a plu. Je vous tiendrai informés de tout nouvel habitant ou comportement insolite!

May 1 – Le mouvement des droits civiques et la guerre du Vietnam

Mouvement des droits civiques (1948-1968)

L’esclavage a été aboli aux États-Unis en 1865, à la fin de la guerre de Sécession , mais cela ne garantit pas l’égalité des droits pour les anciens esclaves et leurs descendants. Le mouvement des droits civiques commence en 1948 lorsque le président Harry Truman signe un décret qui met fin à la ségrégation dans l’armée. Ce mouvement est marqué par plusieurs événements tragiques à l’encontre de la population africaine américaine et des leaders du mouvement et par des actions emblématiques d’opposition à la ségrégation. Ces événements ont lieu principalement dans le Sud des États-Unis, dans les anciens états esclavagistes lors de la guerre de Sécession. Peu à peu des mesures antiségrégationnistes sont intégrées dans la loi fédérale. Voici quelques événements majeurs:

  • Juillet 1948: Fin de la ségrégation dans l’armée (signé par Harry Truman).
  • Mai 1954: Fin de la ségrégation dans les écoles publiques (décision de la Cour suprême).
  • Août 1955: Meurtre d’Emmett Till dans le Mississippi après qu’il a apparemment flirté avec une femme blanche. Le Jet Magazine publie la photo de son cercueil ouvert. L’image de son visage meurtri attire l’attention du monde entier.
  • Décembre 1955: Rosa Parks refuse de laisser sa place à une personne blanche dans un bus à Montgomery (Alabama). Suite à cet incident la population boycotte les bus du county pendant un an.
  • Janvier 1957: 60 pasteurs de plusieurs états de sud, dont Martin Luther King Jr., se réunissent à Atlanta (Géorgie) pour organiser un mouvement pacifiste contre la ségrégation.
  • Septembre 1957: 9 étudiants africain-américains sont empêchés d’aller au Lycée à Little Rock (Arkansas), le président Dwight Eisenhower envoie des troupes pour les escorter mais ils continuent d’être harcelés.
  • Septembre 1957: Signature du Civil Rights Act par Dwight Eisenhower pour protéger le droit de vote pour tous.
  • Février 1960: Quatre étudiants africain américains refusent de quitter le comptoir de restauration réservé aux blancs avant d’être servis dans un magasin de Greensboro (Caroline du Nord)
  • Novembre 1960: Âgée de 6 ans, Rubi Bridges est escortée par quatre U.S. marshals jusqu’à son école primaire à la Nouvelle-Orléans (Louisiane) dont elle est la première élève africaine-américaine.
  • 1961: Les freedom riders, activistes noirs et blancs, prennent les bus et utilisent les toilettes et restaurants réservés au blancs pour protester pacifiquement contre la ségrégation. Suite aux violences qu’ils subissent, la communauté internationale se rallie à leur cause.
  • Juin 1963: Le gouverneur de l’Alabama George Wallace bloque l’accès des étudiants africain américains à l’Université d’Alabama le jour de leur inscription jusqu’à ce que John Kennedy envoie la garde nationale.
  • Août 1963: La marche sur Washington pour le travail et la liberté est suivie par environ 250,000 personnes et se termine par le fameux discours de Martin Luther King Jr. « I have a dream » en haut des marches du Lincoln Memorial.
  • Septembre 1963: Une bombe tue quatre jeunes filles et blesse plusieurs personnes avant la messe du dimanche à Birmingham (Alabama)
  • Juillet 1964: Signature du Civil Rights Act de 1964 par Lyndon Johnson pour abolir les discriminations à l’emploi.
  • Février 1965: Malcom X, ex-membre du groupe Nation of Islam, est assassiné pendant un rassemblement
  • Mars 1965: Environ 600 personnes marchent de Selma à Montgomery (Alabama) pour protester contre les inégalités d’accès au droit de vote et sont violemment attaquées par la police. Ce jour est connu sous le nom de Bloody Sunday
  • Août 1965: Signature du Voting Rights Act of 1965 par Lyndon Johnson
  • Avril 1968: Assassinat de Martin Luther King Jr. à Memphis (Tennessee)
  • Avril 1968: Signature du Civil Rights Act de 1968 qui permet l’accès au logement sans discrimination par Lyndon Johnson.

La signature du Civil Rights Act de 1968 marque la fin du mouvement des droits civiques, mais dans les faits, des inégalités persistent. Ce mouvement pour demander plus d’égalité continue encore aujourd’hui sous d’autres formes telles que le mouvement Black Lives Matter.

Le monument en mémoire de Martin Luther King Jr. est situé au bord du Tidal Basin, que nous avions vu bordé de cerisiers en fleurs quelques semaines auparavant. Le lieu est parsemé de citations extraites des discours de Martin Luther King Jr. et le monument symbolise une métaphore du discours « I have a dream »: « out of the mountain of despair a stone of hope » (dans la montagne du désespoir, une pierre d’espoir).

Arrière du monument
Monument vu depuis les berges du Tidal Basin

La guerre du Viêt Nam (1955-1975)

Les chemins ombragés du parc nous mènent au mémorial des vétérans du Vietnam. Ce monument est une tranchée en coude de plus en plus profonde. D’un côté, les noms des soldats américains ayant péri pendant la guerre du Vietnam sont gravés sur une pierre sombre.

La guerre du Viêt Nam oppose la République Démocratique du Viêt Nam au Nord soutenue par le bloc de l’Est et la Chine et la République du Viêt Nam au Sud soutenue par les États-Unis et plusieurs alliés (Australie, Corée du Sud, Thaïlande, Philippines). La guerre n’ayant pas été déclarée, la date de début fait débat. Les États-Unis considèrent que le conflit commence en 1955. L’intervention massive des États-Unis commence cependant en 1965, après les incidents du Golfe du Tonkin en 1964, pendant lesquels deux destroyers américains ont apparemment été attaqués par les Nord-Vietnamiens. Il a été montré par la suite que ces événements ont été instrumentalisés pour justifier la déclaration de la guerre par le président Lyndon Johnson sans avoir à obtenir l’accord du congrès.

La guérilla menée par le Front de Libération du Sud Viêt Nam (dit Viet Cong) ne faiblit pas et avec l’enlisement du conflit, la guerre devient de plus en plus impopulaire auprès de la population américaine. Avec le développement du mouvement peace and love, les jeunes américains refusent d’aller au combat. Pour résoudre le conflit, les accords de paix de Paris sont signés en 1973 entre les États-Unis et la République démocratique du Viêt Nam (Nord Viêt Nam), la République du Viêt Nam (Sud Viêt Nam) et le Gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud Viêt Nam formé par le Front national de libération.

Le conflit se termine en 1975 suite à une attaque du Nord Viêt Nam sur le Sud Viêt Nam, qui précipite la chute de Saïgon (aujourd’hui appelée Ho Chi Minh) et entraine la fuite précipitée des américains, dont l’image de l’hélicoptère rapatriant les derniers ressortissants depuis le toit de l’ambassade a fait le tour du monde. Le pays est officiellement réunifié l’année suivante, en 1976, et devient la République Socialiste du Viêt Nam.

Histoire des États-Unis à travers les monuments du National Mall

Cet article est le dernier article de la une série consacrée aux événements et protagonistes commémorés au National Mall.

May 1 – Grande dépression et seconde guerre mondiale

Franklin Roosevelt (1882-1945) – 32e président des États-Unis (1933-1945)

Figure emblématique de la première moitié du XXe siècle aux États-Unis et créateur du New Deal, Franklin Delano Roosevelt (FDR), a un mémorial dans une partie ombragée du parc, d’apparence plus modeste que d’autres mémoriaux à l’effigie de présidents américains. Ce monument reflète les difficultés de l’époque au moment de la grande dépression (1929-1939); le New Deal de Roosevelt aidera les États-Unis à sortir de la crise.

Les citations du 32e président disséminées sur le site expriment aussi une détestation de la guerre et une aspiration à une prospérité partagée. J’ai traduit quelques exemples visibles sur les photos ci-dessous et l’ensemble des citations est disponible en anglais sur le site des parc nationaux.

« Je n’oublie jamais que je vis dans une maison dont tous les américains sont propriétaires et qu’ils m’ont donné leur confiance. » (14 avril 1938) À méditer par les représentants élus de tous les pays.
« Je vois un tiers de la nation, mal-logée, mal-vêtue, et mal-nourrie. Le test de notre progrès n’est pas d’accroitre l’abondance de ceux qui ont beaucoup, mais d’assurer que nous fournissons assez à ceux qui ont trop peu. » (20 janvier 1937)
« J’AI VU LA GUERRE – J’ai vu la guerre sur la terre et sur la mer. J’ai vu le sang couler des blessés… J’ai vu les morts dans la boue. J’ai vu des villes détruites… J’ai vu des enfants mourir de faim. J’ai vu l’agonie des mères et des femmes. – JE DÉTESTE LA GUERRE. » (14 août 1936)
Roosevelt et son chien Fala – « Ceux qui cherchent à établir des systèmes de gouvernement basés sur la soumission stricte de tous les êtres humains par une poignée d’individus… appellent cela un nouvel ordre. Ce n’est pas nouveau et ce n’est pas de l’ordre. » (15 mars 1941)
« Nous avons la conviction que les générations futures sauront que maintenant, au milieu de vingtième siècle, est venu un temps où les hommes de bonne volonté ont trouvé un moyen de s’unir, et de produire, et de combattre pour détruire les forces de l’ignorance, et de l’intolérance, et de l’esclavage, et de la guerre. » (12 février 1943)

La grande dépression et le New Deal

Avant sa présidence Roosevelt est avocat et homme politique (sénateur, ministre adjoint à la marine pendant la première guerre mondiale, gouverneur de l’état de New York). Il contracte une maladie en 1921 qui paralyse ses jambes à vie, mais qui ne l’empêche pas de continuer en politique. Lorsqu’il est élu en 1933, la Grande Dépression (1929-1939) fait rage. Pendant les 100 premiers jours de sa présidence, il signe une série de décrets en faveur des classes populaires afin de relancer l’économie rapidement, c’est le premier New Deal.

Le deuxième New Deal est une série de projets et réformes de redistribution des ressources à une échelle plus large, que Roosevelt développe pendant ses deux premiers mandats (1933-1939) sous forme de lois et de décrets. Il lance de grands projets publics d’aménagement (construction d’aéroports, hôpitaux, écoles, routes, ponts, et barrages), fait adopter des lois sur la protection syndicale, crée la sécurité sociale, et lance des programmes d’aide aux fermiers et travailleurs saisonniers, aux chômeurs, aux jeunes, et aux personnes âgées. Les banques et la finance sont régulées de façon beaucoup plus stricte pour éviter au pays de replonger dans la dépression. Il agit également pour la protection de l’environnement et le développement des parcs nationaux. Certaines de ces lois ont été plus tard annulées car jugées anticonstitutionnelles par la cour suprême conservatrice.

Le New Deal est extrêmement populaire, et vaut à Roosevelt de se faire élire président 4 fois. Une partie de la gauche américaine s’inspire de ces réformes encore aujourd’hui pour défendre un Green New Deal qui apporterait à la fois des bénéfices sociaux et environnementaux afin de répondre aux défis économiques, sociaux, et climatiques actuels.

Toute présidence possède une part d’ombre. Roosevelt a été critiqué pour avoir restreint l’immigration des juifs pendant l’holocauste, emprisonné les descendants d’immigrants japonais pendant la deuxième guerre mondiale, et s’être opposé à des législations pour prévenir le lynchage des noirs américains.

La seconde Guerre Mondiale

Dans les années 1930, les États-Unis sont dans une logique isolationniste et non-interventionniste, la priorité est portée sur l’amélioration de la situation à l’intérieur du pays. Les États-Unis sont neutres pendant le début de la guerre, et l’opinion publique en faveur d’une position isolationniste. Au cours de la guerre, l’opinion publique américaine tourne de plus en plus en faveur d’une intervention militaire pour soutenir le Royaume-Uni et la France. Les États-Unis commencent progressivement à se préparer à entrer en guerre en grossissant les rangs de l’armée et en soutenant les Alliés par des ventes d’armes, et entrent en guerre en décembre 1941 après l’attaque de Pearl Harbor par le Japon.

Roosevelt, qui correspond déjà très régulièrement avec Churchill, se coordonne avec les leaders des Alliés: Winston Churchill au Royaume-Uni, Joseph Staline en Union Soviétique, et Tchang Kaï-chek en Chine, pour vaincre les pays de l’Axe en commençant par l’Allemagne. Roosevelt décède en avril 1944 , 3 mois après le début de son 4e mandat et quelques mois avant la capitulation des pays de l’Axe. C’est son vice-président Harry Truman qui lui succède, pour coordonner les grands événements de la fin de la guerre: le débarquement en Normandie et la libération des territoires occupés, l’utilisation des bombes atomiques pour accélérer la capitulation du Japon, le plan Marshall pour reconstruire l’Europe de l’Ouest, et la doctrine Truman pour combattre le communisme.

Vue depuis le Washington Monument – devant le bassin: mémorial de la seconde guerre mondiale, derrière le bassin: mémorial de Lincoln

Le mémorial de la seconde Guerre Mondiale, inauguré par George Bush en 2004, se trouve en contrebas du Washington Monument. Ce monument de forme ovale est constitué d’un bassin avec des fontaines bienvenues pour apporter un peu d’air frais entouré de 56 piliers portant chacun le nom d’un état ou d’un territoire et de deux arcs de triomphe diamétralement opposés portant le nom des deux océans qui bordent le continent Nord Américain: Atlantique et Pacifique.

Jets d’eau du mémorial de la seconde guerre mondiale surplombés par le Washington Monument.

Histoire des États-Unis à travers les monuments du National Mall

Cet article fait partie d’une série d’articles sur les événements et protagonistes commémorés au National Mall.