Apr 17 – Clopper Lake

Ce matin nous avons commencé la journée par une marche autour du Clopper Lake. Les tortues peintes étaient déjà de sortie pour se chauffer au soleil et la cohabitation avec les oies Bernaches du Canada semble se passer plutôt bien!

Ruisseau affluant du Clopper Lake.

Avec l’arrivée du printemps, les oiseaux sont plus actifs. Les feuilles étant encore petites, il est facile de repérer les Cardinaux, oiseaux tout rouges à peu près de la même taille qu’un merle.

Nous n’avons jamais vu de castor sur ce lac, probablement parce que nous n’y sommes jamais promenés au coucher du soleil, mais les troncs fraîchement rongés ne laissent aucun doute sur leur présence.

Apr 11 – Little Seneca Creek

Aujourd’hui nous avons décidé de nous promener près de chez nous sans prendre la voiture. Si vous avez lu les articles précédents vous allez me dire que c’est ce qu’on fait en général et vous n’avez pas tord! Nous avons donc commencé par une étape très habituelle: le lac Churchill. Mais au lieu d’en faire le tour et de rentrer à la maison, nous avons choisi de continuer notre promenade le long de la berge Nord-Est du Little Seneca Creek jusqu’au Black Hill Regional Park.

Cette portion du cours d’eau s’élargit pour former un lac suite à la construction d’un barrage visant à établir une réserve d’eau potable. En aval du barrage, la rivière passe sous le Chesapeake and Ohio Canal puis se jette dans le Potomac.

Little Seneca Creek
Little Seneca Creek

Nous avions pris les jumelles et nous en avons profité pour observer la faune locale. Parmis nos observations, il y avait des Cardinaux qui sont facilement repérables à leur plumage rouge. Nous avons aussi suivi un pic, possiblement un Grand Pic. N’hésitez pas à me corriger pour l’identification dans les commentaires si la photo le permet! Le pic volait d’arbre en arbre pour trouver sa nourriture. J’ai pu le prendre en photo lorsqu’il s’est intéressé à un tronc mort tombé au sol. C’était assez impressionnant de voir le voir taper furieusement sur le bois pourri avec son bec et envoyer des copeaux de bois dans tous les sens. C’est le deuxième pic qu’on voit faire ça, ces tronc morts doivent regorger d’insectes bien juteux!

Un pic en quête de nourriture.
Une oie bernache du Canada
Cyrus prenant le paysage en photo.

Les nuages se sont fait de plus en plus rares au cours de l’après-midi. Les tortues en ont profité pour sortir de l’eau et s’aligner en brochette sur les troncs d’arbre partiellement immergés dans le lac pour se faire rotir au soleil. Pour les voir de plus près nous avons quitté le chemin et nous sommes approchés de la berge à travers les buissons. En retournant vers le chemin nous avons aperçu une biche camouflée entre les branches.

Une brochette de tortues, probablement des tortues peintes.

Pour compléter cette boucle d’une petite dizaine de kilomètres, nous avons coupé en suivant la route et la journée s’est terminée par une belle averse assortie d’un double arc-en-ciel!

Apr 4 – Les cerisiers sont en fleur

En ce moment, c’est le printemps! Les bourgeons des arbres ont grossi mais les feuilles ne sont pas encore sorties. Par contre les fleurs sont déjà ouvertes et colorent la nature après les tons plus ternes de l’hiver. La nature s’éveille au chant des oiseaux et aux bourdonnement des insectes.

Après notre promenade au Jug Bay Wetlands Sanctuary, nous nous sommes arrêtés à Washington sur le National Mall, où nous avions passé un après-midi l’année dernière pour voir la Maison Blanche et le Capitole. Cette fois-ci nous voulons voir les cerisiers autour du Tidal Basin. Contrairement à notre première excursion, lors de laquelle nous étions quasiment tous seuls au milieu du National Mall sous un soleil de plomb, cette fois-ci nous avons bataillé dans les embouteillages et pour trouver une place où se garer.

Après un créneau serré, nous nous dirigeons directement vers le Tidal Basin, assailli par les visiteurs pour le Cherry Blossom Festival, qui a lieu de mi-mars à mi-avril.

Lincoln Memorial derrière les jets d’eau du mémorial de la Seconde Guerre Mondiale.

Brève histoire des cerisiers du National Mall

En 1885 la journaliste Eliza Scidmore propose de planter des cerisiers au bord du fleuve Potomac à la suite d’un voyage a Japon. En 1906 David Fairchild plante plusieurs cerisiers dans sa propriété située dans le Maryland pour tester si les cerisiers sont adaptés au climat local. Suite au succès de cette expérience, la famille Fairchild encourage la plantation de cerisiers dans la région. Ceci encourage également Eliza Scidmore à réitérer son idée de planter des cerisiers sur le National Mall auprès des autorités en 1909. La première dame Helen Taft reçoit l’idée favorablement et soutient Eliza Scidmore. Jokichi Takamine, un chimiste japonais de passage à Washington DC, a vent du project. Il propose une donation de 2,000 cerisiers et obtient le soutient du maire du Tokyo.

En décembre 1909 les arbres arrivent à Seattle et début janvier à Washinton DC. Malheureusement ils sont infestés d’insectes et malades, et doivent être brûlés. Le maire de Tokyo Yukio Ozaki propose alors une seconde donation de 3,020 cerisiers qui arrivent fin mars 1912 à Washington DC. La première dame Helen Taft et la femme de l’ambassadeur du Japon Viscountess Chinda plantèrent les deux premiers cerisiers sur les berges du Tidal Basin.

Cela initia des relations amicales assorties de cadeaux réciproques entre les deux nations. En 1965, le gouvernement japonais fit une autre donation de 3,800 cerisiers Yoshino, qui sont maintentant plantés autours du Washington Monument. Les Washingtoniens tienne particulièrement à la préservation des cerisiers. En 1938, les plans du Jefferson Memorial prévoyait d’empiéter sur la zone des cerisiers. Dans un dernier effort pour tenter d’empêcher l’abbattage programé des cerisiers après de nombreuses manifestations, Eleanor “Cissy” Patterson, propriétaire du journal Washington Times-Herald, mena la rébellion des cerisiers pendant laquelle un groupe de femme s’enchaina aux cerisiers en signe de protestation.

Aujourd’hui le parc habrite environ 3,800 cerisiers de 12 variétés différentes autour du Tidal Basin, du Washington Monument, et le long du fleuve Potomac. Selon la variété la couleur des fleurs varie de rose à blanche. Les variétés Yoshino et Kwanzan sont maintenant les plus communes dans la capitale. Les cerisiers plantés au bord du Tidal Basin sont majoritairement de la variété Yoshino, leurs fleurs blanches donne cet effet de nuage autour du bassin. La variété Kwanzan donne des fleurs roses qui éclosent environ 15 jours après les fleurs des cerisiers Yoshino. Les orticulteurs continuent de prélever des boutures et de planter de nouveaux cerisiers pour assurer la continuité des espèces présentes sur le National Mall.

Vers le Washington Monument

Washington Monument vu depuis la 17th Street

Vers le Tidal Basin

Cormoran pêchant devant les cerisiers en fleurs du Tidal Basin

À Germantown

Les cerisiers du National Mall sont les plus connus, mais on peut aussi voir des cerisiers dans toute la région autours de Washington DC, jusqu’au pied de mon immeuble!

Plus de détails sur les cerisiers du National Mall sont disponibles en anglais (webcam, les espèces de cerisiers, histoire des cerisiers, les femmes qui ont planté les cerisiers) sur le site du Cherry Blossom Festival, dont j’ai tiré une bonne partie des informations données dans cet article.