March 27 – Reno et Truckee

Reno, Nevada

Les vacances sont presque finies, j’ai déposé Cyrus à l’aéroport la veille, puis j’ai rejoint mon collègue Sandol pour diner. Nous avons découvert le centre-ville de Reno, « the biggest little city in the World » (la plus grande petite ville du monde). On y retrouve quelques caractéristiques de Las Vegas notamment les casinos et les enseignes kitchs. L’hôtel dans lequel nous logeons est immense et abrite également un casino et des salles de conférence et de spectacle.

Truckee, California

J’ai quelques amis sur le continent américain et un voyage vers la côte Ouest peut me rapprocher de certains. Cette fois-ci c’est l’occasion de rencontrer Pauline, avec qui je jouais au handball à Lyon et qui fait un post-doc près de Sacramento. Nous cherchons donc une destination à mi-chemin entre Reno et Sacramento et nous trouvons Truckee, petite bourgade de résidences secondaires de californiens fortunés. Nous nous retrouvons au Wild Cherry Coffee House puis nous allons faire une ballade dans les montagnes environnantes jusqu’au point de vue de Johnson Canyon. Malgré les paysages enneigés de la veille, je n’avais pas du tout prévu que le chemin serait complètement couvert de neige. Cela ne nous arrête pas, nous faisons notre petite randonnée dans la neige en partageant les nouvelles et en se remémorant nos années à Lyon.

Drifter Hut (2327 m) – près de laquelle nous mangeons une barre avant de redescendre

Cet article fait partie d’une série d’articles consacrés à mon voyage dans l’Ouest des États-Unis en mars-avril 2022. Vous pouvez accéder à la liste des articles de cette série, à l’article précédent (March 26 – Sierra Nevada et Mono Lake), et à l’article suivant (March 28 – April 2 – Nord-ouest du Nevada).

March 26 – Sierra Nevada et Mono Lake

Road US-395

Après notre visite des Alabama Hills et du camp de Manzanar, nous commençons réellement notre trajet vers Reno, dans le nord-ouest du Nevada. Nous empruntons la route US-395 qui remonte vers le Nord, derrière la chaine de la Sierra Nevada à travers les comptés californiens de Inyo et Mono. Si vous trouvez qu’il n’y a pas grand monde en Lozère, le département de France avec la plus faible densité de population (19 habitants/km2), il y a encore 10 à 20 fois moins d’habitants au kilomètre carré dans les régions qui nous avons traversées ce jour-là.

Bishop – le plus grand bourg que nous traversons (3750 habitants)

La vue sur la chaine de la Sierra Nevada est splendide et lors de ce trajet nous longeons bon nombre de parcs nationaux très connus (Sequoia, Kings Canyon, Yosemite). L’accès à ces parcs se fait plus couramment par la face Ouest de la chaine et les routes qui rares routes qui y mènent par la face Est sont encore en partie bloquées par la neige, car nous sommes encore au mois de mars. Et lorsque nous montons en altitude, nous traversons nous mêmes des zones enneigées.

Point de vue sur Wheeler Ridge
Lake Crowley

Mono Lake

Compte tenu des montagnes environnantes, la région est géologiquement active et la dernière éruption volcanique a eu lieu à Mono Lake il y a 300 ans seulement. Cela explique la présence de sources géothermales à Mammoth Lake, dont l’énergie thermique est utilisée pour la production d’électricité. Un peu pressés par le temps, nous avons fait un court arrêt pour voir les formations calcaires de Mono Lake.

Le lac Mono est une relique d’un plus grand lac, le lac Russell, qui faisait partie d’un système hydrographique s’écoulant jusqu’à la Vallée de la Mort. La surface du lac Russell était à 2188 mètres d’altitude il y a 3-4 millions d’années et a perdu naturellement 232 mètres. À partir de 1941, le lac a été utilisé comme source d’eau pour la ville de Los Angeles, située à plusieurs centaines de kilomètres de là. Le pompage excessif de l’eau du lac a fortement impacté la hauteur de la surface du lac qui a baissé de près de 15 mètres en 40 ans. En 1994, l’état de Californie a décidé de changer les droits d’accès à l’eau de la ville de Los Angeles et depuis le lac à regagné trois mètres d’altitude. La baisse soudaine du niveau de l’eau du lac est bien visible au niveau des berges.

Le lac Mono est un lac d’eau salée, où la salinité est environ deux fois supérieure à celle de l’eau de mer. L’eau douce qui provient de sources situées au fond du lac apporte du calcium qui se combine avec les carbonates présents dans l’eau salée du lac et précipitent sous forme de calcaire. Ces tufs ce sont formés sous l’eau, mais la baisse récente du niveau du lac a révélé les colonnes calcaires que l’on voit aujourd’hui.

Cet article fait partie d’une série d’articles consacrés à mon voyage dans l’Ouest des États-Unis en mars-avril 2022. Vous pouvez accéder à la liste des articles de cette série, à l’article précédent (March 26 – Lone Pine, CA), et à l’article suivant (March 27 – Reno et Truckee).

March 22 – Descente du Colorado Plateau

Ce matin, nous repartons sur la route. L’objectif de la journée est d’atteindre Parhump (Nevada), proche de la frontière avec la Californie et du Parc National de la Vallée de la Mort.

Nous quittons Tusayan vers 7h (merci le décalage horaire!), direction plein Sud vers Williams (Arizona). La végétation change progressivement, passant d’une forêt à arbustes à une prairie d’herbes couleur paille. La surface du plateau du Colorado n’est pas plate, bien sûr il y a les canyons, mais il y a aussi des volcans dont la forme conique aux pentes relativement abruptes est caractéristique.

Kaibab National Forest
La ligne de chemin de fer qui monte jusqu’au Parc National du Grand Canyon.
Kaibab National Forest

Avant de repartir vers l’Ouest, nous faisons une pause dans la petite ville de Williams. Williams peut faire penser à la version moderne d’un village de western. Ce village-étape au bord de l’autoroute 40 a une rue principale et concentre quelques stations essence, restaurants de fast-food, un supermarché, et plusieurs dizaines de maisons, dont une bonne partie ressemble à des mobilhomes. Il y a tout de même une gare, qui permet d’avoir une correspondance avec la ligne de train qui va jusque dans le Parc National du Grand Canyon.

L’autoroute 40 continue son chemin sur le plateau du Colorado. Le paysage, toujours parsemé de volcans, alterne entre un environnement aride et des zones plus boisées, avec de rares habitations, parfois rudimentaires. La route coupe par endroits à travers des couches de roches volcaniques ou de roches sédimentaires. Plus loin, nous traversons également des zones granitiques, reconnaissables à leurs gros blocs rocheux arrondis, et certaines collines sont recouvertes de coulées de lave. Le volcanisme de la région est associé à la formation des Rocheuses et à l’élévation du plateau du Colorado.

Un volcan!
Coulée de lave recouvrant la colline.
Parc éolien
Descente du Plateau du Colorado – à l’horizon, les sommets enneigés du Parc National de la Vallée de la Mort ou de la Sierra Nevada

Avant de nous arrêter visiter le barrage Hoover, c’est l’heure de la pause pique-nique au bord des eaux turquoise du fleuve Colorado.

Descente vers Willow Beach par une petite route qui serpente à travers les badlands.
Willow Beach – fleuve Colorado, en aval du barrage Hoover.

Cet article fait partie d’une série d’articles consacrés à mon voyage dans l’Ouest des États-Unis en mars-avril 2022. Vous pouvez accéder à la liste des articles de cette série, à l’article précédent (March 21 – Grand Canyon – Hermits Rest Route), et à l’article suivant (March 22 – Hoover Dam).